Featured Posts

Jean-Baptiste le témoin


L’évangile du dimanche 15 janvier nous donne à contempler l’itinéraire de la découverte de Jean-Baptiste : d’abord, il « s’efface » : « Je ne suis pas le Christ » (1,19), puis il « désigne » Jésus : « Voici l’Agneau de Dieu » (v.29), enfin il « témoigne » : « C’est lui, le Fils de Dieu » (v.34)

Trois verbes ponctuent les moments de la vision de Jean-Baptiste : « il regarde Jésus » (v.29), il « admire l’Esprit demeurant comme une colombe » (v.32), et il voit (« j’ai vu ») du regard de la foi qui pénètre jusqu’à l’invisible, et qui marque l’accomplissement de la prophétie d’Isaïe : « La gloire du Seigneur sera vue… toute chair verra le salut de Dieu »(Is 40). La révélation faite au début et annoncée par le « Voici l’agneau de Dieu » est à la fois une réminiscence d’Isaïe 53,7 : « Maltraité, il s’humiliait, il n’ouvrait pas la bouche, comme l’agneau qui se laisse mener à l’abattoir », une révélation de l’identité de l’agneau : il est « l’ agneau de Dieu », le seul capable d’enlever le péché, et enfin celui dont l’aboutissement, l’accomplissement est proclamé dans l’Apocalypse : « Digne est l’Agneau égorgé de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire et la louange (Ap 5, 12) : l’Agneau de Dieu est l’Agneau vainqueur.

Si Jean-Baptiste revient sur son expérience, c’est pour en saisir la vérité profonde : Dieu voulait MANIFESTER à Israël le Messie en Jésus de Nazareth.

Chez les Synoptiques, c’est la voix du Père qui avait été entendue ; ici, c’est Jean-Baptiste : l’événement de révélation est présenté, intériorisé par le « témoin ». Le témoin se fait l’écho de l’Ancien Testament, mais il porte la parole à son incandescence.


Marie Christophe Osm

Recent Posts
Search By Tags
Archive
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square