Featured Posts

Oecuménisme - Mai 2016


Continuons notre partage à partir du Colloque œcuménique d’avril dernier à Paris. Une des conférences a développé le thème « Réformes et renouvellement dans les Eglises. »

L’Eglise a besoin d’être réformée. L’Eglise est un miracle, grâce à la seule fidélité du Dieu vivant, grâce à la rencontre de la Parole et du cœur humain. Elle se définit tout entière par sa vocation, elle n’est réductible à aucun groupe, à aucune structure. « Nul, écrit l’apôtre Paul, ne peut poser d’autre fondation que celle qui existe, Jésus Christ. » Les Eglises ont toujours été en activité de se réformer. Après le grand mouvement de la Réformation au XVIe siècle, l’Eglise a convoqué le Concile de Trente ( 1545-1563 ) qui réalisa une profonde réforme de l’Eglise catholique.

Toute réalité humaine durable doit se renouveler. On préfère ici parler de rénovation parce que le Dieu vivant veut que son Royaume avance. Ainsi plutôt que de décréter des réformes, soyons attentifs aux renouvellements. C’est Dieu qui est en mission, qui jette la semence pour qu’elle germe et produise du fruit ; « le Semeur est sorti pour semer », dira Jésus dans sa parabole.

Où Dieu est-il en mission ? Il nous faut repérer les lieux de renouvellement. Le signe en est la joie, la joie de l’Evangile. Où discerner les renouvellements de l’Eglise en mission avec Dieu ? Relevons trois exemples :

*la lecture biblique, marqueur identitaire des protestants. Si cette lecture est encore insuffisante, il y a bien un changement dans la multiplication des groupes de Lectio divina, des ateliers bibliques. On y voit la joie de l’expérience d’une lecture nourrissante de la Parole.

*un appétit renouvelé pour le témoignage. Les Eglises ont modifié leur rapport au témoignage et là encore la joie se manifeste.

*l’ouverture à un christianisme post-confessionnel. Les évolutions contemporaines du CROIRE font bouger les frontières entre les différentes confessions. Et la joie se manifeste comme on le voit par exemple dans les rassemblements de Taizé ou les rencontres monastiques interconfessionnelles.

Etre mis en marche par le renouveau que Dieu opère et qui suscite la joie est une réforme. L’Eglise est en mission quand elle sort d’elle-même, pour annoncer le Royaume. Elle existe pour ceux qui n’y sont pas. La foi en Jésus-Christ s’enracine dans la croix. Figure de contradiction, de la Crèche à la Croix, Dieu est souverainement libre, jamais conditionné par les hommes, auxquels Il a choisi d’être livré. Entraînée par ce Dieu-là, l’Eglise peut se renouveler. Accueillons le don de la vie toujours nouvelle, le don de la joie que nul ne peut nous ravir. C’est ainsi que nous marchons vers l’Unité que Dieu lui-même réalisera.

Sœur Marie Raphaël Fradet

Recent Posts
Search By Tags